Objectifs et progression

Fixer des objectifs et publier les progrès que nous réalisons constituent des aspects importants de notre initiative de développement durable. Nous sommes ainsi redevables de nos engagements et nous encourageons les autres à suivre la même voie.

Low Carbon Network Target

En mai 2017, Akamai a réalisé son premier investissement dans un projet de parc éolien de 80 MW près de Dallas, au Texas, dont la mise en service est prévue pour novembre 2018. L'entreprise a conclu un accord sur 20 ans pour acheter la puissance virtuelle produite par l'énergie renouvelable du parc. Elle espère ainsi couvrir l'intégralité de la charge de son centre de données au Texas et environ 6 % de celle de son réseau mondial. Pour en savoir plus sur ce projet, cliquez ici.

Nous sommes en bonne voie pour conclure un nouvel accord sur le marché énergétique de Pennsylvanie, du New Jersey et du Maryland (PJM), dans l'optique de bénéficier d'une source d'énergie renouvelable supplémentaire, chiffrée à 14 %, d'ici la fin de l'année 2017. Afin d'étendre notre approvisionnement à l'extérieur des États-Unis, nous étudions actuellement des possibilités de récupérer 10 à 15 % d'énergie supplémentaire en Europe en vue d'atteindre notre objectif de 50 %.

En tant que membre du groupe de travail Future of Internet Power de BSR, nous travaillons en collaboration avec d'autres grands clients et fournisseurs de centres de données mutualisés pour obtenir de l'énergie renouvelable pour notre compte. Nous pensons que l'approvisionnement en énergie renouvelable émanant de nos partenaires de centres de données mutualisés contribuera à la réalisation de notre objectif à hauteur d'au moins 4 %.

 Network Energy and Carbon Efficiency Targets
Remarque : en 2015, aucune réduction au niveau du volume d'émissions de GES et d'énergie n'a été enregistrée. Ce résultat est attribué à un déploiement accéléré de serveurs cette année-là, en anticipation d'un trafic réseau supérieur à la normale qui n'a finalement pas été enregistré.
Electronic Waste Management Target
*Inclut les composants électroniques revendus.

Remarque : la documentation et le volume par poids des composants électroniques sont transmis par les fournisseurs de gestion des composants d'Akamai. Les valeurs en pourcentage inférieures à 100 % sont dues à un manque de structures de traitement certifiées e-Stewards en dehors des États-Unis. Toutes les structures de traitement sont certifiées ISO 14001.

Absolute GHG Emissions

Akamai utilise la norme de comptabilisation et de déclaration destinée à l'entreprise du Protocole des GES pour déterminer les catégories d'émissions 1, 2 et 3. La méthode utilisée pour déterminer la consommation d'électricité associée aux serveurs réseau d'Akamai distribués dans le monde entier et à l'exploitation des infrastructures des centres de données tiers est détaillée ici.

Les valeurs présentées dans le tableau et ces graphiques sont disponibles ici.

Notes de bas de page :

  1. La catégorie 3 (2009) inclut les émissions de GES associées à l'exploitation des centres de données prestataires et les déplacements en avion des employés.
  2. La catégorie 3 (2010) inclut les émissions de GES associées à l'exploitation des centres de données prestataires, les livraisons et les déplacements en avion des employés.
  3. La catégorie 3 (2011) inclut les émissions de GES associées à l'exploitation des centres de données prestataires, les livraisons, le carbone émis par les réseaux de serveurs, la génération des déchets et les déplacements en avion des employés.
  4. La catégorie 3 (2012, 2013, 2014, 2015 et 2016) inclut les émissions de GES associées à l'exploitation des centres de données prestataires, les livraisons, le carbone émis par les réseaux de serveurs, la génération des déchets, les pertes lors de l'acheminement et de la distribution de l'électricité, les déplacements en avion des employés et le trajet entre leur lieu de travail et leur domicile.
  5. La catégorie 3 utilise les émissions géolocalisées.
  6. Les valeurs des catégories 1 et 2 varient par rapport aux publications précédentes, principalement en raison d'une reclassification des émissions de GES liées au chauffage des bureaux loués et au supplément d'électricité diesel, de la catégorie 1 à la catégorie 2.