Radical Simplification

Simplification radicale de l'infrastructure technologique

Un entretien avec Kumud Kalia, CIO, Akamai Technologies

Pourquoi les entreprises doivent-elles simplifier leurs infrastructures technologiques ?

Les entreprises doivent se transformer plus rapidement que jamais, car les changements brutaux sont désormais considérés comme quelque chose de normal. Cette accélération des changements opérationnels, toujours plus rapides, est un truisme du monde des affaires. Cependant, il représente la réalité. Les équipes informatiques doivent s'y confronter. J'observe aujourd'hui que de nombreuses sociétés se mettent en difficulté en essayant de changer et que les infrastructures informatiques qui permettent les configurations commerciales actuelles créent des obstacles.

Nos organisations reposent sur des infrastructures et des applications élaborées sur des décennies et créées davantage pour obtenir de la stabilité que de l'agilité. C'est une vieille histoire, mais les problèmes se paient aujourd'hui, à l'ère de la numérisation rapide des opérations commerciales et des expériences client. Nous avons besoin d'un paradigme plus simple et plus léger pour l'infrastructure technologique, afin que des entreprises digitales voient le jour.

Que voulez-vous dire par « léger » ?

Prenons l'exemple basique de l'informatique fondamental. La flexibilité est disponible dans le cloud, à la demande, à des coûts raisonnables et mesurés. Alors, pourquoi des entreprises achètent-elles encore des serveurs destinés à des applications et à des bases de données spécifiques ? Pourquoi dépensent-elles en infrastructure physique alors que l'infrastructure virtuelle et en location peut réduire l'empreinte et le coût ? La réponse est que nous continuons à faire ce que nous connaissons et ce qui nous semble sûr. De plus, dans le processus, nous dépensons plus d'argent que nous ne le devons et consacrons du temps à des activités superflues, ce qui représente un coût d'opportunité. C'est pourquoi nous utilisons tant d'applications SaaS, plus faciles à déployer, à gérer, à prendre en charge et surtout, plus rapides à mettre en œuvre.

Si j'étais un investisseur en capital-risque, je n'investirais pas dans une startup qui n'adopte pas une approche légère en matière d'infrastructure ni ne développe ses applications dans le cloud. Je voudrais financer une innovation rapide et non d'anciennes infrastructures technologiques qui ralentissent les choses ou coûtent plus cher.

Que peut faire une entreprise différemment grâce à une infrastructure plus légère ?

Elle peut être plus agile. Cela commence par une expérimentation commerciale rapide. Quel est le moyen le plus rapide et le meilleur pour commercialiser un nouveau produit ou reconcevoir un processus métier ? Cela ne commence pas par une longue phase de conception se terminant par une décision de lancement/non-lancement. Cela implique plutôt des prototypes rapides, ainsi que des tests de terrain et des retours d'expérience. Déterminer les éléments qui fonctionnent, les intensifier et les affiner au fur et à mesure. Cela nécessite un DevOps et des environnements informatiques plus légers et à la demande, mais aussi des dirigeants d'entreprise plus engagés et une prise de décision décentralisée. La technologie est au cœur de cela, mais ne suffit pas seule.

La meilleure référence est les entreprises en ligne, notamment Expedia et Amazon, qui sont confrontés en permanence à l'expérience client sur leurs sites Web. Elles font des centaines d'expériences par jour. Cependant, le but n'est pas de choisir une idée sur 100 qui a fonctionné, ce qui sous-entendrait que nous avons échoué 99 fois. Elles n'utilisent même pas ce langage. Elles perçoivent le processus entier comme un apprentissage et une adaptation constants : c'est du darwinisme, en beaucoup plus rapide.

Il s'agit de la nouvelle façon de créer des changements opérationnels, notamment si vous avez des activités en ligne. Cependant, les opportunités pour stimuler l'agilité grâce à une infrastructure plus simple et plus souple s'offrent à toutes les entreprises.

Comment saisir les opportunités ?

Inertie et timidité. Les gens continuent de procéder comme ils en ont l'habitude, jusqu'à ce que quelqu'un arrive pour les bousculer et les forcer à changer. C'est le cas avec les produits, les marchés, les processus et la technologie. Toutefois, le leitmotiv de la gestion dit aujourd'hui : « Remettez-vous en question. N'attendez pas que quelqu'un d'autre vienne manger dans votre assiette ». Cela s'applique également à l'infrastructure. Remettez votre infrastructure en question et laissez votre entreprise adopter de nouvelles manières de travailler et de changer. Les technologies sont là. Les outils sont là. Les compétences sont disponibles. Pourquoi attendre ?

Comment procédez-vous pour simplifier radicalement l'infrastructure chez Akamai ?

Cela ne commence pas par la technologie. Nous commençons par l'expérience de l'employé. Comment rendons-nous l'expérience de l'employé, dans son interaction avec la technologie, aussi simple que possible ? Quels sont les points problématiques et comment pouvons-nous y remédier ? Cela fait partie de nos façons de simplifier les choses.

Mots de passe. Les informations de connexion constituent une source de tensions, surtout lorsque vous ne pouvez vous souvenir de tant de mots de passe. Nous avons donc éliminé les mots de passe en faveur d'une authentification multifactorielle automatisée. Vous avez besoin d'un terminal connu et d'un jeton généré de manière unique. Les employés n'ont pas à se souvenir de mots de passe. Ils n'ont donc pas de mots de passe qu'ils pourraient révéler par inadvertance. Nous avons déployé cela dans l'ensemble de l'entreprise, tout de suite.

Bien sûr, la plupart des sites Web et des applications externes nécessitent toujours des mots de passe. Tant qu'ils ne sont pas réutilisés, les violations dans des applications tierces n'endommageront rien d'autre. C'est pourquoi nous fournissons également un coffre de mots de passe à tous les employés pour générer, sécuriser et gérer des mots de passe complexes et uniques pour les applications qu'ils utilisent à l'extérieur d'Akamai, sans qu'ils aient à apprendre ou même à voir leurs mots de passe. Vous pouvez donc avoir les avantages sans les risques.

VPN. Si l'objectif est de permettre aux gens d'accéder à leurs applications à distance, pourquoi placer un obstacle en travers de la route ? Pourquoi les faire passer par des niveaux de sécurité et leur demander de se connecter au réseau de l'entreprise ? Pourquoi ne pas laisser simplement les gens accéder directement aux applications pour lesquelles ils ont une autorisation, en utilisant une interface à icônes sur leurs terminaux ? C'est une expérience générant peu de tensions pour l'employé et une approche plus sûre, car il n'accède pas au réseau d'Akamai dans son ensemble.

Communications. Nous souhaitons que la collaboration entre les employés soit simple, elle aussi. Nous investissons donc dans les communications unifiées. Pour nous, cela signifie une plateforme pour la téléphonie, la discussion, la vidéoconférence, l'organisation et la conduite de réunions à distance. Pour l'employé, il existe une interface, pas des services séparés de téléphonie, de discussion et de vidéo. Le système est intelligent concernant la présence et la disponibilité des personnes. Les connexions sont automatisées par l'application, si bien que vous n'avez pas à retenir les numéros et les codes d'appel. Les gens peuvent se connecter à leur guise. Cela comprend le partage d'écran pour les présentations ou la collaboration. Cela fonctionne sur plusieurs terminaux et navigateurs, à nouveau pour laisser les utilisateurs décider selon leurs préférences et ne pas introduire des désagréments par des contraintes de système.

Akamai crée un nouveau siège social, qui offre une opportunité encore jamais exploitée en termes d'installation technologique. Quelle incidence cela a-t-il sur vos plans de simplification ?

Les initiatives que je viens de mentionner sont désormais toutes en cours de mise en œuvre. Le nouveau bâtiment prévu pour 2 200 employés sera mis en service début 2020. Le changement radical est que nous n'envisageons pas de le câbler. Il sera une sorte de grand point d'accès Wi-Fi.

C'est pratique pour les employés, qui peuvent travailler avec toutes les fonctionnalités sur les terminaux de leur choix n'importe où, dans ou autour du bâtiment. C'est pratique pour les invités, qui peuvent facilement accéder à Internet et à leurs propres applications, mais bien sûr pas aux ressources d'Akamai. Nous estimons une économie de 3 millions de dollars grâce au fait de ne pas installer tous les câbles et commutateurs. De plus, la sécurité est améliorée grâce à des passerelles simplifiées et parce que nous n'aurons plus toutes ces prises Ethernet qui représentent des points de vulnérabilité potentiels.

Nous discutons avec les équipes d'installation sur la manière dont nous pouvons profiter d'une infrastructure sans câble lorsqu'il s'agit de concevoir des espaces de travail, qu'ils soient individuels, communs et à la demande. Nous regardons les choses avec un regard neuf : quel sera l'art du possible en 2020 ? Même les téléphones de bureau qui n'ont pas changé en deux décennies seront remplacés par des softphones qui ont tant de fonctionnalités en plus, ainsi que l'avantage de ne pas être fixés au bureau. Pour nos employés, leur ordinateur portable, tablette ou smartphone peuvent désormais être utilisés comme un téléphone de bureau, qu'ils soient dans le bureau ou ailleurs. Ils devront s'habituer à une nouvelle façon de travailler et à collaborer de manière beaucoup plus fluide. Alors que cela peut sembler confus ou contre-productif pour certains, cela est perçu comme une amélioration de la productivité lente et tardive par d'autres, notamment par nos employés de la génération Y, qui représentent déjà plus de 50 % de notre effectif mondial. Par ailleurs, pour ceux qui aiment les choses telles qu'elles sont actuellement, nous offrirons cette option aussi.

Il me faut mentionner que, tout au long du processus de simplification, nous profitons et envisageons de présenter les propres produits et services d'Akamai dans les domaines de l'accès à distance à des applications d'entreprise, pour proposer une expérience mobile axée sur des icônes et bien sûr notre gamme de produits de sécurité pour la protection contre les menaces, comme l'hameçonnage et le DDoS.

Qu'est-ce réserve l'avenir ? Comment voyez-vous ce projet et ce parcours se dérouler ?

Nous nous projetons sur une durée de trois ans. Nous allons mettre en place le processus « aucun mot de passe » au cours des 12 prochains mois. Il faudra plusieurs années pour disposer d'un environnement complètement homogène, avec un accès basé sur des icônes à des applications. Ensuite, nous n'aurons plus de VPN. Le processus « aucun câble » sera mis en place progressivement dans le nouveau bâtiment. Parallèlement, nous résoudrons tous les cas d'utilisation et démontrerons aux gens que cela sera un véritable atout pour l'expérience utilisateur et la productivité. Il est important de noter que nous ne nous contentons pas d'intégrer cette solution : nous avons beaucoup de temps pour montrer à nos utilisateurs comment cela peut améliorer les conditions de travail et pour adapter nos plans en fonction de leurs commentaires.

Nous trouvons également des moyens de tirer parti d'Internet et du cloud autant que possible. Avec le temps, cela signifie des centres de données plus petits et moins de dépendance aux réseaux d'entreprise. Presque toutes les entreprises procèdent à une migration progressive vers le cloud. Nous serons plus agressifs que la plupart des entreprises, car nous croyons fermement au maintien d'une infrastructure agile et au paiement des ressources selon la consommation. Bientôt viendra le jour où la puissance de calcul sera facturée et livrée, comme un service public fournit de l'électricité. Le cloud est déjà là pour gérer l'excédent, si bien que l'époque où l'on construisait trop d'infrastructure et où seulement 20 % de celle-ci était utilisée devrait être révolue.

Notre parcours vers une infrastructure simplifiée comprend de nombreuses étapes : aucun mot de passe, aucun VPN, aucun câble, des communications unifiées. Toutefois, trois thèmes apparaissent dans toutes ces initiatives : L'expérience utilisateur est facilitée. Les coûts sont en baisse. La sécurité est améliorée.

Ajoutez-les tous et l'infrastructure dans son ensemble devient plus simple et plus agile. De ce fait, l'entreprise et ses employés peuvent être plus agiles, productifs et collaboratifs.

Quels conseils avez-vous pour les CIO (directeurs des systèmes d'information) qui entreprennent cette démarche ?

Il suffit de commencer. Choisissez un service ou un secteur de l'entreprise. Montrez aux gens comment les choses peuvent fonctionner et les avantages deviendront évidents. Vous ne devriez pas avoir besoin de demander l'autorisation. Le CIO devrait déjà avoir une certaine latitude pour effectuer des expérimentations au nom de l'entreprise. Il ne faut pas vous retrouver à faire une tournée de présentations PowerPoint afin de convaincre tout le monde à l'avance. Cela attire simplement les opposants qui trouvent des justifications pour expliquer pourquoi des choses qui fonctionnent ailleurs « ne fonctionneront pas ici ».

Parallèlement, trouvez des alliés, de préférence des cadres dirigeants, désireux d'essayer des choses dans leurs secteurs, surtout s'ils sont en mode de lancement et qu'ils souhaitent faire des expériences. Si les cadres ont besoin d'être convaincus, proposez-leur de visiter des entreprises qui ont simplifié leur infrastructure et peuvent exposer les avantages. Il existe des entreprises candidates dans de nombreux secteurs : sociétés de produits de consommation, de services financiers et non technologiques. Cela ne concerne pas que les entreprises de la Silicon Valley.

Vos étapes initiales ne doivent pas être trop onéreuses. Vous pouvez commencer avec quelques milliers de dollars et habiliter un service à travailler différemment. À mesure que vous changez d'échelle, l'épargne nette et d'autres avantages s'accumulent. Ensuite, gardez le cap. Si votre entreprise est dans un élan de numérisation et de transformation, l'infrastructure simplifiée est plus qu'appropriée. C'est une nécessité.

Related CIO Content