Cloud public ou Cloud privé ?

Tirer le meilleur parti du Cloud Computing

Le Cloud Computing est l'une des technologies informatiques les plus en vogue actuellement. Cela n'a rien d'un hasard. Lorsqu'une infrastructure « virtualisée », basée dans le Cloud, est correctement montée, elle offre bien plus d'avantages que les centres de données traditionnels en termes de performances, d'évolutivité et même de sécurité. Lorsqu'elles développent leurs stratégies de mise en place du Cloud Computing, nombre d'entreprises se voient confrontées à un choix : déployer un Cloud privé ou profiter d'un Cloud public. Voyons donc quelles sont les différences et quelle solution vous correspond.

Cloud public ou Cloud privé ?

Pour faire court, un Cloud public est un service ou un ensemble de services qu'il est possible d'acquérir auprès d'une société ou d'un organisme et qui est fourni via Internet par un fournisseur tiers. Ces services s'appuient sur une capacité de stockage et une puissance de traitement que l'entreprise qui les utilise ne possède pas elle-même. Au lieu de cela, cette capacité (soit des serveurs et centres de données) est détenue par le fournisseur principal (une société de stockage/sauvegarde en ligne) ou par un fournisseur d'infrastructures dans le Cloud.

Un Cloud privé est essentiellement une extension d'un centre de données traditionnel, optimisée pour fournir la capacité de stockage et la puissance de traitement nécessaires à diverses fonctions. Le terme « privé » signifie que la ressource n'est pas partagée, mais pas qu'elle offre plus de sécurité.

Quelques réflexions concernant la gestion du Cloud

Les Clouds, publics ou privés, nécessitent d'être gérés, mais en choisissant une solution de Cloud public, c'est le fournisseur du Cloud qui prend en charge la plupart des tâches de maintenance. Dans le cas d'un Cloud privé, beaucoup de ressources doivent être allouées pour définir, acheter, héberger, mettre à jour, entretenir et protéger l'infrastructure physique. En termes financiers, le fait de déployer un Cloud privé peut représenter une très grande dépense d'investissement initial, puis d'autres par la suite pour augmenter la capacité et acheter de nouveaux équipements.

Dans le cas d'un Cloud public, les investissements sont purement et simplement supprimés : tout le fardeau financier est concentré dans un abonnement au service, qui est généralement fonction du volume de données et de l'usage. La maintenance et la protection de l'infrastructure d'un Cloud public sont de la responsabilité du fournisseur. L'entreprise cliente peut ainsi rationaliser ses opérations informatiques et réduire le temps et les frais consacrés à l'entretien du système.

Autre avantage : l'évolutivité

Une solution de Cloud public réduit, voire supprime les dépenses d'investissement, comme nous venons de le voir. Mais beaucoup d'entreprises préfèrent aussi cette solution pour sa disponibilité et sa capacité variable. En accédant à des ressources partagées en fonction de ses besoins, une entreprise n'a plus à s'inquiéter des problèmes de limites. Elle est libre de choisir les services et solutions qui lui conviennent en fonction de ses objectifs commerciaux, et non plus en fonction de son matériel.

Akamai dans le Cloud

Akamai Intelligent Platform™ est un puissant allié pour les initiatives de Cloud public comme de Cloud privé. Pour le déploiement d'un Cloud privé, vous pouvez compter sur le service de gestion d'applications Alta d'Akamai pour accélérer la diffusion d'applications. La solution Steelhead Cloud Accelerator d'Akamai permet, elle, d'optimiser les applications à la demande (SaaS).